Chemin de traverse, épisode 2: atterrissage imminent

atterrissage_caroValérie : « Serais tu d’accord de dessiner ta ligne de vie ? ». Caro sort une règle, trace une ligne droite et me dit « Voilà, une ligne qui a eu l’obligation de ne pas décevoir ». Eclat de rire complice. Caro a tout juste 40 ans. Elle vit avec son partenaire et ses deux enfants dans une charmante maison près de Lausanne. Une des raisons qui m’a amenée à l’interviewer, c’est que dans 6 mois, elle termine ses études de sage-femme. Un diplôme universitaire en langues, puis en gestion hôtelière en poche, une belle carrière derrière elle, cette ex plus jeune pilote de France (par passion) a décidé à 37 ans de retourner sur les bancs d’école. Voici l’histoire d’un vol de vie, destination « écouter ses rêves d’enfance ».

« Je me souviens qu’à 6 ans, on m’a demandé ce que je voulais faire plus tard, et j’ai dit « Je voudrais faire naître des bébés » ». Ce rêve l’a poursuivie jusqu’à l’adolescence « Je voulais être gynécologue-obstétricien » quand soudain, arrêt sec. Verdict de la conseillère en orientation : « Les sciences ce n’est pas pour vous. Faites plutôt les langues, la gestion ».

Caro : « J’ai choisi l’alternative la moins pire. J’ai fait confiance. Je me suis inscrite à la fac en langues étrangères ».

Toutes les facettes de sa personnalité et ses valeurs sont bien là à 20 ans, comme des graines prêtes à germer. On sent déjà un besoin de contact avec les gens, d’éthique, la curiosité, un côté entrepreneur (serait-ce une autre manière de donner la vie, mais cette fois à des entreprises ?) et un intérêt pour le monde médical et scientifique. Chaque période de sa vie lui permettra de faire grandir l’une ou l’autre de ces graines. Elle finira ses études à l’école hôtelière de Lausanne, deviendra assistante dans un laboratoire de recherche au CHUV, continuera sa carrière dans une start-up spécialisée dans le biomédical

A 37 ans, son parcours est une belle réussite. « J’ai été au bout de tout, je n’ai rien raté » me dit-elle. Toutes ses « graines de personnalités » ont germé, l’entrepreneuse, la scientifique, l’organisatrice, etc. Une seule n’a pas encore pu éclore… Une rencontre fortuite avec un ami la lui rappelle, « Cet ami, c’est l’homme qui change ma vie chaque fois que je le croise. Il m’a branché sur Randy Pausch ». Randy Pausch était un professeur à Carnegie Mellon. Atteint d’un cancer dont il savait l’issue fatale, cet homme a donné un dernier cours à l’université dont le message principal était « Réalisez vraiment vos rêves d’enfance » (« Really achieving your chilhood dreams »[1]). Autre déclencheur. Un ami de ses parents décède dans un accident d’avion. Caro n’attend plus. Elle rédige sa liste de rêves d’enfance. « La vie, elle passe et c’est trop con de la laisser passer comme ça. Mais moi mon rêve c’est de devenir sage-femme ». Faire le pas n’était pas une mince affaire « J’avais passé 35 ans, un certain confort, j’avais un réseau etc., et j’allais renoncer à tout ça. Je risquais de mettre toute ma famille dans un équilibre instable. Certaines personnes m’ont même fait comprendre que c’était un caprice de petite fille. Dès que j’ai eu le soutien de mon conjoint, je me suis décidée. Je me suis dit que même si je suis refusée, j’aurais au moins essayé.»

Et la voici quatre ans plus tard, sur le point de décrocher son diplôme de sage-femme, et en phase avec elle-même. L’ex-pilote d’avion me dit « Il y a peu de risques dans la vie. On peut toujours se rattraper. Il vaut mieux se lancer que de se lamenter. C’est comme si j’avais fait un focus dans ma vie. C’est vraiment l’atterrissage. ».

 


[1] You Tube, Audio CD « Randy Pausch Last Lecture: Achieving Your Childhood Dreams »